Court, immersif, mojo: voici Drop, notre nouveau format vidéo

Faire de la micro-locale sans être barbant, avec un iPhone, en respectant les codes des short videos (sous-titre, montage rythmé), avec un journaliste à l’image, bref faire du AJ+/France Info/Konbini dans une télé locale? Cela nous tentait depuis des mois. Voici le format (version Beta) que Matélé présente aux Rencontres de la Vidéo Mobile à Paris.

On a pas mal gambergé sur ce petit format, très spontané en apparence, mais réfléchi et construit à partir de certains éléments de succès des stories journalistiques: narration syncopée, présence « selfique » du journaliste, ambiance « je-vous-embarque-avec-moi », montage vitaminé.

Au final, on a fait deux numéros zéro et on a baptisé ça Drop comme « dropé au milieu de nulle part » (dixit l’auteur d’un numéro zéro): un reportage sur les gens qui habitent dans leur caravane (dans la commune d’Hastière, un habitant sur quatre!) et un autre sur un hameau à cheval entre deux communes avec toutes les complications administratives. C’est le quotidien de nos habitants. Pour eux, c’est ça l’actualité même si ça ne passe pas au JT.

Avec quelques semaines de recul, je regarde ces numéros et je pense à du Strip-Tease remonté par un poisson rouge (dont tout le monde sait désormais que sa capacité d’attention a dépassé la nôtre). Bref, plus court et plus gentil.

Comme du Strip-Tease remonté par un poisson rouge

Les reporters sont partis en solo sur le terrain, sans contact préalable, avec un iPhone, un selfiestick, un stabilisateur, un micro HF. Le principe: ils enregistrent tout, ça filme (quasi) sans arrêt. Le tournage a duré de 1 à 2 heures. Le montage sur Première… (le p*** de montage!) a duré une bonne journée, une très grosse journée, on a perdu un peu le compte. Sans compter le sous-titrage. C’était ardu, et c’est un des monteurs les plus pointus qui s’y est pourtant collé.

Mais on a kiffé le résultat. Un de nos vieux « réals » s’est exclamé: « ça me fait penser au contact qu’on avait avec les gens au début de Matélé ». Il y a la magie du #mojo évidemment, c’est-à-dire la liberté du journaliste télé qui se sent « tout léger » sans caméra combinée à la décontraction des gens qui oublient qu’ils sont filmés.

drop anne intriguee

Au débriefing, en vrac, voilà ce qui s’est dit:

  • le micro HF, qui nécessite un émetteur à accrocher aux gens, et un récepteur à accrocher à l’iPhone, va à l’encontre de ce format, qui demande d’être le plus fluide possible. On va plancher sur des micro cravate bluetooth (quelqu’un a du bon matos à nous recommander?)
  • l’interview face-cam est à proscrire, il faut qu’on soit dans la conversation avec les gens
  • le stabilisateur n’est pas indispensable
  • on va acheter des gilets à poches pour avoir tout à portée de main (si vous croisez des gens avec un gilet de pêcheur et des fils qui sortent de partout, c’est nous)
  • il faut une bécane puissante pour le montage
  • il faut être plus court (1 min)

Voici les deux numéros zéro: le premier a été tourné par Anne Pirson, le deuxième par Nicolas Lembrée. C’est Nicolas Lembrée qui a monté les deux:

N’hésitez pas à nous livrer votre feed-back sur ce format, nous envoyer les liens vers vos expériences ou celles d’autres médias!

Diederick Legrain

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :